TG3 : Les raisons du passage du financement intermédié au financement direct

 

Chapitre 2 : Monnaie et financement

Objectif  : repérer les transformations du mode de financement des entreprises en France au cours des dernières décennies et savoir en donner les principales causes.

 

 

Document 1 : Taux d'intérêt à long terme en France de 1970 à 2004

1970

1972

1974

1976

1978

1980

1982

1984

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

taux d'intérêt nominal

8,6

8

11

10,5

10,6

13,8

16

13,4

9,1

9,2

10,4

9

7,5

6,5

4,6

5,4

4,9

taux d'inflation

5,3

6,2

13,7

9,2

9,2

13,1

11,8

7,4

2,7

2,7

3,4

2,4

1,7

2,1

0,7

1,5

1,9

taux d'intérêt réel

3,1

1,7

...

1,2

1,3

0,6

3,8

5,6

6,2

6,3

...

6,4

5,7

4,3

3,9

3,8

2,9

Source : cd-rom TEF, et OCDE et INSEE pour les données les plus récentes.

 

 

Récapitulatif : Entourez la proposition juste :

 

Pour bien appréhender le coût du crédit il faut s'intéresser au Taux d'intérêt réel Taux d'intérêt nominal
Un taux d'intérêt nominal supérieur au taux d'inflation donne un taux d'intérêt réel Positif Négatif
Les taux d'intérêt réels négatifs avantagent les Prêteurs Emprunteurs
L'inflation est favorable à L'endettement La détention d'actions

 

 

Document 2 : Evolution de la structure du financement des entreprises

Flux en milliards de francs

1975

1980

1987

1990

1994

1998

Autofinancement

103

185

503

640

837

800

Emissions d'actions

15

52

160

221

257

371

Endettement

dont obligations

dont crédits bancaires

140

14

85

147

17

119

211

38

150

512

99

387

-54

19

-93

236

123

102

Total des financements

258

384

874

1373

1040

1407

Source : TEF 2000-2001.

 

 

Document 3 : Pourquoi recourir aux financements de marché ?

[] Pour les sociétés concernées, court-circuiter un intermédiaire - la banque - c'est accéder à un financement moins coûteux et à plus long terme. En juillet 1998, le coût du crédit bancaire aux entreprises (taux effectifs observés par la Banque de France) variait entre 5 % et 10 % en moyenne. Passer par les marchés peut donc économiser 1 à 2 points de pourcentage, et émettre des actions (ou des certificats d'investissement, c'est-à-dire des actions sans droit de vote) permet d'accéder à des financements non remboursables dont le coût est égal au montant des dividendes à verser. [].

In Alternatives Economiques, HS n°40, 04-1999, page 32.

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Travail à effectuer

  1. Remplissez les cases grisées du doc 1 et complétez le récapitulatif. (1pt)
  2. Décrivez de manière synthétique l'évolution de la structure du financement (interne/externe, direct/indirect, avec/sans endettement) Doc. 2. (3 pts)
  3. Comment peut-on expliquer le niveau élevé des crédits dans l'économie française dans les années 1970 ? (Répondez en intégrant des éléments du doc. 1). (2 pts)
  4. Comment expliquer le repli du financement intermédié dans les années 1980-1990  à partir du doc. 1 ? Utilisez des données dans votre réponse. (2 pts)
  5. Comment expliquer l'essor du financement désintermédié dans les années 1980-1990  à partir du doc. 3 ? (2pts)

 

Synthèse (10 pts)

 

Après avoir mis en évidence et expliqué l'importance du financement intermédié dans les années 1970 en France, vous montrerez que celui-ci décline au profit du financement direct et vous proposerez des explications à ce phénomène.

 

Barème synthèse :

Plan suivi

Définition des mots clés

% et exemples

1 seule idée par § ; alinéa en début de §

Mots de liaison

Utilisation de tout le TP et tous les doct. dans la synthèse

Sujet compris et traité

Ajout de connaissances de cours

Clarté

Expliquer et pas seulement affirmer

Total

1

1

1

1

1

1

1

1

1

1

/ 10

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

 

 

marjorie.galy@wanadoo.fr